CCSA






Communauté chrétienne St-Albert le Grand





Imprimer

 

Baptême du Seigneur

9 janvier 2022

« Tu es mon enfant bien-aimé »

Luc 3, 15-16.21-22    

Hubert Doucet

 

Hubert DoucetL’évangile de ce dimanche nous propose une histoire qui est à la jonction, d’une part, des récits de la naissance et de la jeunesse de Jésus et, d’autre part, des événements qui marquent les débuts de son engagement public. La narration qu’on nous fait de sa naissance laisse présager une histoire étonnante. Néanmoins, quand je regarde ses faits et gestes au moment de son baptême, il me semble que Jésus se cherche encore. Que va-t-il faire de sa vie?
Les textes des différents évangiles qui parlent de cette période initiale de la vie de Jésus laissent voir que ce dernier veut faire un choix de vie qui est dans la droite ligne de ce qui a été de plus beau, de plus riche dans l’histoire spirituelle du peuple de Yahvé. Il paraît cependant hésiter sur la voie à prendre. Il évite de se consacrer au temple de Jérusalem, là où se trouve l’Arche d’Alliance, véritable présence de Dieu et où les prêtres offrent les sacrifices; plus tard, il jugera durement ce lieu. Il prend plutôt la route du désert où son cousin Jean renouvelle la parole de l’Alliance, silencieuse depuis quatre siècles déjà. C’est au désert, auprès du Baptiste, que se rend le peuple qui aspire au renouvellement de l’histoire. Jésus se retrouve dans ce lieu espérant y discerner la voie à suivre. C’est ainsi que lui aussi, comme tant d’autres, demande « le baptême de conversion », comme précise un autre évangéliste. Je suis impressionné par la qualité humaine du comportement de Jésus : il cherche comment accomplir au mieux sa vie.
Dans le texte de l’évangile d’aujourd’hui, la fameuse parole que le Père adresse à Jésus : « Toi tu es mon Fils bien-aimé; en toi, je trouve ma joie » n’est pas d’abord une parole publique affirmant la divinité de Jésus, mais plutôt une parole que Jésus entend dans sa prière et qui confirme le choix qu’il fait d’orienter sa vie dans le sens qu’il vient de choisir. Jésus est le bien-aimé du Père : quelle confirmation pour celui qui se cherchait encore!  
L’engagement de Jésus qui sera le sien tout au cours des années qui vont suivre consistera à témoigner que cette parole du Père, elle s’adresse à chacun, chacune : « Tu es mon enfant bien-aimé ». En ces temps épuisants, n’y a-t-il pas de parole plus réconfortante?

Hubert Doucet

Hubert Doucet