Imprimer

Commentaires pour le 33e Dimanche du Temps Ordinaire


14 novembre 2021


Renaldo Battista

« Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. » (Mc 13, 31)     
        
La réunion de la COP26 à Glasgow a occupé notre univers médiatique depuis deux semaines, en nous rappelant quotidiennement les menaces réelles que le réchauffement climatique fait peser sur l’avenir de l’humanité et de notre planète. Ainsi, notre finitude individuelle est-elle amplifiée pour englober la terre et le ciel. Comme le disait Héraclite d’Éphèse, philosophe présocratique, « Tout passe ».       
        
Mais, pourquoi les paroles évangéliques ne passeront-elles pas? Qu’est-ce qui en fonde la pérennité? Ces paroles nous interpellent à un autre niveau, au-delà de notre réalité physique et planétaire. Elles nous parlent de la nécessité de faire croître notre niveau de conscience personnelle et collective, chemin royal qui nous fait entrevoir le mystère divin. Celui-là seul qui persistera dans les siècles des siècles.
        
« Seigneur, vers qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6, 68)    


Jean-Guy Larin

"Quel fondateur de religion" peut s'aventurer à affirmer une telle parole? Je ne la trouve nulle part dans aucune autre religion que la nôtre… Et pourtant, combien de personnes rencontrons-nous sur nos chemins de vie qui doutent de la pérennité de la religion chrétienne, qui parfois s'interroge sur la réalité et la validité des paroles de Jésus… Est-il vraiment le Fils de Dieu, fait-il semblant d'être un homme, est-il vraiment né de Marie sans le recours à la semence de Joseph? Ici, dans cet extrait de l'évangile de Marc, Jésus s'affirme comme l'Être éternel qui existait en tant que Verbe auprès du Père et qui nous rassure de son immortel éternité…      
      
Reposons notre espérance en Celui qui EST VÉRITÉ ET VIE et comptons-nous chanceux de participer à une telle révélation qu'aucun homme peut promettre…


Michelle Cardinal

"Le Monde passera mais mes paroles ne passeront pas"       
Parole forte, prophétique, Trésor pour l'humanité, Oxygène répandu sur le monde, parfum de printemps…          
J'aime cette parole, j'en ressens force et solidité pour les humbles, les simples, les sans force, les écorchés de la vie… et plus encore, Jean n'affirme-t-il pas qu'Il EST Parole, Verbe éternel!           
IL EST! 


Françoise Deroy

Ses mots : un remède à nos maux.     
Quels que soient les aléas de l’existence, Ses paroles ne passeront pas. Donc j’essaie de croire avec confiance que les simples mots de l’évangile traversent et soulagent tous les maux : épidémies et autres pandémies, irrespect et violences, abus sexuels en l’Église et hors de l’Église, scandales financiers, séismes, guerres, raz de marée, ouragans, éruptions et autres calamités, désastres écologiques et j’en passe.      
Des paroles à puiser chaque jour à leur source et à ruminer, à temps et à contretemps, toujours et partout. En sachant que cela ne nous empêchera jamais de faire des bêtises et d’être partie prenante des calamités de notre époque.  


Annie Laporte

Après maintes réflexions sur le texte de Marc je ne retrouvais pas le style de Jésus. J'ai cherché dans l'analyse que fait André Myre de Marc pour comprendre que le style appartient à celui qui a décrit ce qui s'était dit.    

Alors je me suis arrêtée à ce qui est dit et puis j'ai pensé que Jésus était présent au rassemblement mondial sur la situation climatique et puis je me suis dit que ce texte rend bien la situation d'aujourd'hui.

Alors qu'allons-nous faire au-delà du babla, babla… En effet les paroles dites passent présentement.    


Claudine Combeaud

Quant à ce jour et à cette heure nul ne les connaît.   
Est -ce que je suis capable d’être prête à chaque instant de ma vie? Serai-je présente aux signes de cette « révélation »? Aurai-je l’intelligence de cette compréhension?  
Être une « porte-parole », ajouter un maillon à tous ceux qui existent déjà pour que la Parole se déploie et recouvre la terre.   
Que ta Parole Seigneur Jésus s’accroche en moi jusque dans les interstices de mes cellules, au jour où les puissances célestes seront ébranlées.