CCSA






Communauté chrétienne St-Albert le Grand




Un nouveau Comité  :
Justice et Paix


Guy Lapointe nous a quittés…


Célébrer l'eucharistie à St-Albert


Une communauté créative depuis 50 ans


Présentation de notre communauté


La Communauté de St-Albert le Grand se raconte
par les bulletins Étapes de 1966 à 2011


Historique de la Communauté St-Albert-le-Grand


Silence Prière Musique

22 février 2024


Programme Automne-Hiver-
pour 2023-2024


Pour accéder aux archives de Silence Prière Musique CLIQUER ICI

Info-lettre Février 2024


Souvenir des bulletins Étapes


3e Dimanche du Carême

Hubert Doucet

Ex. 20, 1-3.7-8.12-17

  Cor., 1, 22-25

Jean, 2, 13-25

Notre Dieu, est-il celui de Jésus?

Lorsque je préparais l’homélie de ce midi, je suis allé voir les nombreux exemples qu’on retrouve sur Internet. J’ai été étonné de constater que de multiples homélistes avaient orienté leur présentation sur la question suivante : puisque la colère est un péché, Jésus s’était-il vraiment mis en colère? Cette petite recherche m’a laissé sur ma faim, au contraire de la belle discussion que nous avions eue dans le groupe de préparation de la célébration. Dans notre équipe, nous avions compris que cet événement nous concernait au premier chef. En effet, Jésus nous posait une question : « Qu’avez-vous fait de Dieu? »
Jusqu’à la préparation de cette homélie, j’avais toujours pensé que Jésus avait chassé les vendeurs du Temple dans les derniers jours de sa vie et que cette action forte était un des facteurs qui avaient conduit à son arrestation et à sa mort. À lire l’évangile de Jean, on constate une autre perspective. Selon l’évangéliste, l’événement a lieu au tout début de l’engagement public de Jésus. Quelques jours auparavant, aux noces de Cana,  il avait même dit à sa mère : « Mon heure n’est pas encore venue ». Et voilà qu’à peine une semaine plus tard, en pleine fête de la Pâque dans le Temple à Jérusalem, il affirme vigoureusement : « Ne faites jamais plus de la maison de mon père, une maison de commerce. »     
Après réflexion, je me demande si toute la scène de l’agir de Jésus dans le Temple n’est pas comme son discours inaugural, le lancement public du programme qu’il nous invite à faire nôtre. « Qu’avez-vous fait de Dieu? » Ce n’est pas une colère passagère, une réaction subite sous le coup de la surprise. Non, Jésus proclame l’engagement de sa vie . On sent dans ses paroles beaucoup d’idéalisme, de pureté, mais aussi de souffrance face à ce qu’on a fait de Dieu.      
Et sa critique à ce propos va très loin. Son pessimisme paraît profond. On le voit bien à la toute fin de cet évangile. Relisons les dernières phrases : Pendant la fête de la Pâque, « beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait. Mais Jésus ne leur faisait pas confiance parce qu’il les connaissait et qu’il n’avait besoin de personne pour savoir ce qu’il en est de chacun. » Quel défaitisme concernant l’humanité!          
Et pourtant, le Père envoie son Fils rencontrer l’humanité et vivre avec elle. Pourquoi fait-il cela si l’être humain est si peu fiable? Ne perd-il pas son temps? Il ne me semble pas puisque tout au cours de sa vie, Jésus a rencontré des hommes et des femmes, religieux ou pas, juifs ou païens, dont il a fait l’éloge. Il admirait leur richesse intérieure, leur capacité d’accomplissement dans les conditions concrètes et difficiles de la vie. La beauté intérieure que Jésus découvre chez ces personnes, c’est ce qu’il voudrait voir éclore chez chacun/chacune. Jésus est venu pour rejoindre le désir le plus profond qui est au cœur de toute personne et lui permettre de s’accomplir.           
Faut-il alors donner congé à la religion organisée car elle nous cacherait la vraie présence de Dieu qui est au cœur de nous-mêmes? Je ne crois pas. Jésus lui-même se rendait au Temple de Jérusalem tout en reconnaissant que viendrait un autre temple. Pour Jésus lui-même, la religion a ses faiblesses lorsqu’elle ne favorise pas le désir le plus profond de l'être humain, désir d'accomplissement qui nous met dans une paix et une joie profondes.          
Le thème de départ de la réflexion a été « Quel est notre Dieu? » Après réflexion sur cet évangile, je préciserais la question : « Notre Dieu, est-il celui de Jésus? » Qu’en pensez-vous?


Déroulement pour le troisième dimanche du Carême


Chants

Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle

Dieu de tendresse et Dieu de pitié


Bonjour à tous les membres, aux visiteuses et visiteurs de notre site web

 

 

Dimanche 3 mars, il y aura une célébration du Pardon à 10 h 15. On demande aux personnes qui entrent dans l'église de respecter le silence. Cette célébration sera suivie de l'Eucharistie.     
On lira l'évangile qui raconte l'épisode des vendeurs chassés du temple dans
Jean Jn 2, 13-25.  
L'équipe de liturgie pose la question suivante : Qu'avons-nous fait de Dieu?     
Les autres textes sont : Exode Ex 20, 1-17;
et la première lettre de Paul aux Corinthiens 1 Co 1, 22-25.     
        
Plusieurs activités sont offertes aux membres de la Communauté dans les semaines qui viennent :   

* D'abord, notre repas communautaire le dimanche 10 mars après l'Eucharistie (chacun apporte son lunch). 

Jean Duhaime a intitulé sa présentation L'Église et la terre promise biblique
Dans la Bible, la promesse d’une terre fait partie de l’alliance entre Dieu et le peuple juif. L’Église catholique reconnaît aujourd’hui que cette alliance est toujours valable. Voit-elle pour autant la création de l’État d’Israël (1948) comme une réalisation de cette promesse? Comment la théologie catholique concilie-t-elle l’idée de la fidélité de Dieu à sa promesse envers le peuple juif avec la reconnaissance des droits du peuple palestinien et la recherche d’une paix juste et durable en Terre sainte?

* Le jeudi 14 mars à 18 h 30 : Silence, prière, musique, accompagnement de flûte traversière et cordes;      
* Le jeudi 14 mars à 19 h 30 : Conférence du CCCM   Le synode sur la synodalité par Bruno Demers o.p.;      
* Le mardi 19 mars à 19 h 30 : Conférence virtuelle du CDEVS Accompagner et consoler par S-P Arnold osb. 
        
Toutes ces informations ainsi que l'horaire des Jours Saints se retrouvent au volet Calendrier du site web de la communauté.       
        
On m'a rappelé récemment, que la Communauté chrétienne reposait sur quatre piliers : la Parole, l'Eucharistie, l'engagement et la fraternité, et ce depuis le tout début. En y réfléchissant, la Parole ne se trouve pas uniquement dans le Livre, elle est là où quelqu'un la proclame, l'écoute, la médite, la partage. On la vit. Elle est là où on la met en œuvre dans les gestes de fraternité, dans nos engagements et dans le partage du pain et de la coupe.  
        
Quant à la fraternité, elle n'est pas toujours facile à vivre. On choisit ses ami/es, pas ses frères et sœurs. Chacun a sa façon de voir les choses, sa façon de vivre ses engagements. Il y a des heurts, des paroles blessantes parfois. Il y a aussi le pardon.  



Michèle Beaulac
Présidente de la CCSA
secretariat@st-albert.org     
        


Célébrer l'Eucharistie


Homélies

3e Dimanche du Carême

2e Dimanche du Carême

1er Dimanche du Carême

Déroulements des célébrations

3e Dimanche du Carême

2e Dimanche du Carême

1er dimanche du Carême