Bandeau de la communauté


Imprimer

Voir le déroulement de cette célébration

3e Dimanche de l'Avent (C)

16 décembre 2018

Sophonie 3, 14-18a

Luc 3, 15-18

Philippins 4, 4-7

« Il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle »

Monique Morval

Monique Morval

Pour commencer notre réflexion, je vous propose un exercice inspiré du yoga… Il ne s’agit pas d’exécuter une posture, rassurez-vous, mais d’un exercice de prise de conscience. « Prenez une bonne respiration, fermez les yeux, et pensez à une bonne nouvelle qui vous est arrivée, peu importe quand… Rappelez-vous Monique Morvalce que vous avez ressenti en la recevant. » Je suppose que ce devait être de la joie, peut-être de la gratitude. du soulagement, de l’étonnement…    


Imaginons alors quelles bonnes nouvelles nous annoncent les textes de ce matin. Une nouvelle tellement extraordinaire pour le prophète Sophonie qu’elle l’incite à proclamer : « Pousse des cris de joie, fille de Sion! Éclate en ovations! Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie. » Pourquoi ces réjouissances? « Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi, il a écarté tes ennemis. » En fait, il t’a délivrée et il demeure en toi.       


Jean-Baptiste, quant à lui, annonce au peuple la Bonne Nouvelle (avec des majuscules!) La nouvelle qui dépasse toutes les autres, pour ainsi dire. Quelle est donc cette Bonne Nouvelle? La réponse évidente est la venue de Jésus bien sûr… Mais en quoi la venue de Jésus est-elle une bonne nouvelle, la Bonne Nouvelle? « Il vous baptisera dans l’Esprit Saint » : recevoir l’Esprit Saint, quelqu’un qui nous guide sur les chemins et nous permet de distinguer les embûches, c’est effectivement une très bonne nouvelle. Mais Jean-Baptiste ajoute : « et dans le feu. » Être baptisé dans le feu? Cela semble plutôt terrible… Terrible, oui, si l’on parle d’un feu extérieur, qui nous culpabilise et nous punit. Mais si l’on parle d’un feu intérieur, cela change la perspective. Le feu qui nous embrase, nous purifie et nous anime, celui qui nous fait nous réjouir parce que nous sommes libérés et que le Seigneur est en nous et nous accompagne par son Esprit Saint.


Cette joie que nous ressentons aussi lorsque nous pardonnons ou que nous sommes pardonnés, ce Pardon qui délivre et qui permet au Seigneur de demeurer en nous. Ce Pardon que nous allons célébrer tout à l’heure et qui nous aidera à accueillir la Bonne Nouvelle et à passer Noël dans la joie et l’allégresse. Du moins, c’est ce que je nous souhaite…